«

»

Effet Pygmalion et (self)management

Que faites-vous quand d’autres vous collent un caractère que vous ne vous reconnaissez pas ? La plupart du temps, nous nous conformons aux attentes des autres, c’est ce qu’on appelle l’Effet Pygmalion. Si l’on vous dit souvent que vous êtes directif, vous allez renforcer ce trait. Si l’on vous trouve paresseux, vous allez  le devenir davantage. Comment éviter le piège et s’assurer que nos comportements servent nos propres objectifs ?  Ecoutez l’histoire du faux méchant qui en voulait pour son argent.

Récemment, une personne de mon entourage – appelons-le Marc – las d’entendre dire qu’il était méchant (les enfants sont formidables), m’a beaucoup fait rire et réfléchir avec la formule suivante :

« Si je suis méchant, alors je vais l’être tout à fait : j’en veux pour mon argent ! Je paye cher d’être ‘méchant’, je veux consommer, y a pas de raison ! »

Permis capital

Je me suis demandé s’il n’avait pas exprimé là une partie du mécanisme, de ce que nous produisons quand d’autres nous collent une étiquette qui ne nous convient pas. Quitte à passer pour un…, autant l’être tout à fait non ?
Cela bien dû vous arriver, en famille ou en entreprise. J’ai un client comme ça, en coaching, qui se conforme avec application à cette image d’homme « totalement inexpressif » que son entourage projette sur lui. Vous cherchez dans son visage un indice, vous attendez l’intonation, vous décryptez le non verbal… rien. Il est très peu expressif.

Pour en revenir à Marc le « méchant », je trouve très intéressant ce mécanisme dans lequel il entre. Puisqu’il est « taxé » d’être méchant, finalement il paye pour cela, alors pourquoi ne pas profiter de ce qu’il a acheté bien malgré lui ? La question de savoir s’il est avantageux pour lui de consommer cet achat-là, semble presque secondaire ; c’est comme s’il s’agissait pour lui de faire justice en rétablissant un équilibre économique, en consommant ce qu’on lui fait payer – une sorte droit à être méchant. Passer pour méchant quand on ne profite même pas des avantages de la méchanceté, c’est injuste.

L’effet Pygmalion

Ce que les sciences sociales nous ont appris, c’est qu’il existe un « effet Pygmalion » : nous nous conformons à ce que les autres attendent de nous, de sorte que leurs jugements peuvent devenir des prophéties autoréalisatrices.

C’est Robert Rosenthal, psychologue américain de l’université de Californie à Riverside qui a découvert cet effet, avec la célèbre « expérience Rosenthal ». D’abord réalisée avec des rats et des groupes d’étudiants (les rats dont les étudiants pensaient qu’ils étaient plus doués, l’ont été, parce que les étudiants les traitaient comme tels), l’expérience a mis en évidence l’effet Pygmalion : un sujet ayant une attente vis-à-vis du comportement ou des résultats d’un autre sujet, causerait chez cet autre sujet les comportements et résultats attendus.
L’expérience a été reproduite avec des élèves et leurs professeurs.

En début d’année scolaire, Rosenthal et Jacobson ont fait faire un test de performance aux élèves et ont donné les résultats aux professeurs, sous la forme d’une liste d’élèves identifiés comme précoces. Cette liste était en réalité constituée de manière arbitraire, avec des élèves de tous niveaux et tous résultats au test.
Que s’est-il passé ? En fin d’année, tous les élèves annoncés précoces avaient fait des progrès significatifs… qu’ils aient eu un résultat bon, moyen et même mauvais au test initial !

L’explication selon les auteurs de l’expérience : en présentant ces élèves comme précoces, ils ont créé chez les professeurs une attente concernant les résultats futurs de ces élèves. Une attente fondée sur une croyance (le test était réel, les professeurs ne savaient pas qu’ils avaient de faux résultats), que les professeurs ont tout fait pour confirmer inconsciemment. Voilà l’effet Pygmalion à l’oeuvre.

Ainsi, il a été repéré chez ces professeurs les comportements suivants envers les prétendus précoces :
- disposition positive
- favoritisme
- promotion : les élèves « précoces » se voyaient confier des responsabilités comme garder la classe etc.
- tri sélectif : les erreurs des élèves « précoces » étaient minorés par les professeurs

Au final, cet effet Pygmalion peut se définir comme le fait d’influencer l’évolution d’un élève en ayant une attente et une hypothèse sur sa réussite scolaire.

Note : d’après les recherches plus récentes, cet effet s’applique quand il y a une relation de subordination entre celui qui a l’attente, et celui qui est influencé.

Qu’en est-il du manager et de son équipe ?

Pygmalion le Manager

Un manager qui a des attentes envers un collaborateur, risque de les voir satisfaites. Bonne ou mauvaise nouvelle, selon !

Exemple :

Romain est un vrai technicien qui a accédé à un poste de manager. Il garde toute son expertise en restant proche de la technique, en suivant les avancées, en mettant la main à la pâte. Et Romain est souvent insatisfait du niveau de technicité de l’équipe qu’il encadre. Il considère ses collaborateurs comme très juniors, peu expérimentés, et il leur dit parfois « vous ne serez jamais autonomes, il faudra toujours que je vérifie votre travail ». Résultat : son équipe manque effectivement d’autonomie, ceux qui ont le plus de potentiel semblent le laisser en sommeil, ils progressent très lentement et donnent raison à Romain.

Dans cet exemple le manager pense que son équipe ne progressera pas vers un meilleur niveau technique et une autonomie, et son attitude reflète cette croyance. L’ensemble influence chaque membre de l’équipe, dont le comportement en retour donne raison au manager : l’équipe acquiert ou développe la caractéristique attendue.

Bien sûr il peut y avoir des cas inverses : j’ai connu une équipe à laquelle son responsable avait dit « vous n’y arriverez jamais, je le sais ! » et qui a voulu précisément le faire mentir en réussissant. Mais dans ce cas précis il n’y avait plus de subordination, l’influence était enrayée par un désavoeu du manager par son équipe. Vous connaissez sûrement des exemples similaires dans les relations parent-enfant (l’enfant stigmatisé « nul en classe » qui se bat pour prouver le contraire).

Prenons à présent un exemple positif :

Laure laisse une grande autonomie à son équipe. Elle a une confiance entière dans les capacités de Patrick, Sébastien et Lucie. Laure part souvent en week-end prolongé, même quand il y a des dossiers délicats en cours. Pour elle, aucun problème, l’équipe s’en sortira très bien sans elle ! Résultat : l’équipe de Laure démontre de vraies capacités d’autonomie, développe un savoir-faire nouveau et une belle faculté d’adaptation à toutes situations ainsi qu’un sens de l’initiative bien pratique. Pourtant la même équipe avec son précédent manager fonctionnait tout autrement, elle se reposait sur le manager, doutait de ses capacités, ne prenait pas d’initiative etc.

Ainsi un manager possède la faculté d’influer sur l’évolution de son équipe, et le développement de comportements qui vont, ou non, dans le sens de ses propres objectifs.

Et nous-mêmes, qui sommes parfois influencés par les attentes d’autrui, comment nous assurer que notre réponse est favorable à l’atteinte de nos propres objectifs ?

Agir hors de la boîte

Ce type de boucle comportementale qui produit une autoréalisation peut nous happer à tout moment.
Ex : « Ben dis donc, toi, tu ne dis jamais bonjour ! » peut vous inciter à saluer encore moins vos collègues de travail ; la méfiance de votre N+1 qui vérifie chaque ligne de votre travail, peut vous amener à y laisser des fautes d’orthographes, confirmant ainsi la croyance de votre boss et renforçant son comportement de relecteur « à la loupe ».

Ce n’est pas toujours sain ! Il peut y avoir du jeu psychologique là-dessous.
>> Lire Jeux psychologiques en entreprise et triangle de Karpman

Que nous soyons en position de Pygmalion ou de Galatée, il est intéressant d’identifier ces boucles avant qu’elles ne s’installent, pour en sortir. Qu’est-ce qui est bon pour vous au fond ?

En Pygmalion :

En position de Pygmalion, vous avez la responsabilité de vérifier vos préjugés et vos croyances.
Identifier leurs impacts sur les autres (vos collègues ou collaborateurs) peut vous inciter à les revisiter.
Ensuite, accepter de se laisser surprendre.

Quelques pistes sous formes d’articles :
>> Sortir de ses habitudes les plus ancrées
>> Activer ses lobes frontaux, et son hémisphère droit
>> S’ouvrir à la complexité
>> Accepter d’avoir tort
>> Travailler son leadership coach

En Galatée :

En position de Galatée, vous avez la responsabilité de reprendre le pouvoir sur vos comportements, et d’en faire le reflet de votre identité, vos valeurs, vos buts.

Quelques pistes :
- Accepter de ne pas donner raison à son Pygmalion
- Assumer de surprendre, d’être là où on ne nous attend pas
-
Rester fidèle à ce que l’on veut être
- Veiller à ne pas satisfaire les croyances et projections des autres si elles s’écartent de notre volonté
- En somme, réfléchir à pourquoi on fait les choses

A vous ! Questions de coach

  • Y a-t-il des choses que vous faites parce que d’autres vous ont dit que c’était votre genre ?
  • Ou parce qu’ils vous renvoient cette image de vous-même dans leur façon d’être ?
  • Si oui : ces comportements que vous avez, servent-ils vos objectifs ? Ou sont-ils des freins ?
  • Qu’aimeriez-vous améliorer dans ce fonctionnement ?

La réponse est en vous, et pour travailler votre individuation, pour aligner vos comportements avec vos objectifs, faites appel à un coach ! Je suis à votre disposition pour clarifier vos besoins lors d’un entretien préalable.
Me contacter

Lire aussi : les théories X et Y

9 comments

Passer au formulaire de commentaire

  1. Marie-Pierre

    Oui je suis complètement d’accord sur l’effet Pygmalion et l’effet des croyances, c’est un phénomène que l’on rencontre régulièrement dans le cadre de coaching ; j’ajouterai que dans certains cas, il peut y avoir projection d’une zone d’ombre que les autres voient et la personne ne reconnait pas en elle (soit elle la rejette, soit elle ne la voir pas). Je me demandais notamment si la personne que l’on taxait de méchant et qui voulait en avoir pour son argent, n’avait pas dans certains cas une certaine agressivité dans son ombre.
    Marie-Pierre alias @marieglen

    1. admin

      Bonjour Marie-Pierre

      Merci pour ce complément très intéressant ! Je n’avais pas pensé à la zone d’ombre et je trouve ça tout à fait pertinent.
      La personne en question a effectivement une part d’agressivité dans sa zone d’ombre en ce sens qu’elle la rejette en partie. Est-ce à dire qu’en refoulant cette part et en ne la laissant pas s’exprimer, elle la rend plus monstrueuse qu’elle n’est ? Ce qui expliquerait alors que cela devienne, vu par des personnes extérieures, quelque chose d’aussi radical que « tu es méchant » ? Hm, très intéressant.
      Je te remercie beaucoup pour cet éclairage (!) par la zone d’ombre.
      A bientôt,
      Karine

  2. Lavelle

    Je suis ravie d’avoir pris connaissance de cet article. L’autre partie de nous même que j’appelle mon jumeau ( l’authentique part) est très souvent en colère . Cette petite voix amie nous la faisons souvent taire. L’effet pygmalion nous le rencontrons tous les jours et je suis d’accord avec Marie-Pierre, très souvent cette zone d’ombre nous le rejetons car elle fait peur. Elle devient effectivement plus « naturelle » aux yeux des autres.
    Merci pour cet article
    Béatrice

    1. admin

      Bonjour
      Merci de votre retour et de votre apport avec le « jumeau » et au sujet de la colère refoulée.
      A bientôt

  3. Blottin

    Bonjour Karine,

    J’ai rencontré le mot « croyances » en 2009 lors d’une formation en PNL. J’ai compris que depuis longtemps elles m’ont limitées, elles ont renforcées mes peurs, et m’ont certainement enfermées négativement dans un état de survie !
    Aujourd’hui tout à changé, mes croyances sont positives, me font avancées, me permettent de faire mes propres choix et d’avancer dans la vie sereinement et avec gratitude. C’est un gros travail sur soi mais cela valait la peine……
    Je trouve votre site excellent , merci d’avoir croisé ma route et de vous lire.

    Bien cordialement.

    1. Karine

      Bonjour
      Merci de votre partage d’expérience, c’est très intéressant de voir l’évolution dans la durée à partir de la première prise de conscience des croyances limitantes.

      Comment faites-vous pour identifier vos croyances limitantes ? Car nous y sommes souvent aveugles.

      Bonne journée,
      Karine

      1. Blottin Martine

        Bonjour Karine,

        Pour répondre à votre question, quand il y a croyance limitante il y a une pensée négative qui l’accompagne.

        Exemple : je dois envisager de changer de métier, dans mes croyances limitantes (qui n’existent que pour moi) je vais avoir : ce métier n’est pas pour moi, j’ai pas d’expériences, j’ai pas le diplôme qui va bien ! toute une liste …. dès que ce genre de pensée arrive je détourne immédiatement celle-ci en mode positive : qui devient : je vais apprendre un nouveau métier, je vais me former pour être au niveau, passer une certification, en parler avec quelqu’un qui connait bien ce métier bref je vais chercher des réponses et organiser mon savoir sur le sujet afin de prendre le recul nécessaire.
        De nouvelles croyances sont nées……. positives celles-là !

        Bien cordialement.

        Martine.

        1. karine

          Bonjour Martine
          Merci pour votre réponse. Voilà une manière d’identifier les croyances limitantes : trouver toutes ces phrases ou pensées négatives liées à un objectif que nous avons.
          Vous utilisez une stratégie qui consiste à positiver, et à passer en mode solution, ce qui est une option.
          Je crois aussi beaucoup à la ré-évaluation de la pensée négative :
          - qu’est-ce qui concrètement m’amène à croire que (que je n’ai pas d’expérience etc.) ?
          - même si c’est le cas, en quoi est-ce un frein pour faire ce métier ?

          Avec une telle approche, il n’est même plus besoin de trouver une solution, puisqu’il n’y a plus de problème !

          Qu’en pensez-vous ?

          Karine

          1. Blottin Martine

            Bonjour Karine,

            C’est exactement cela, car depuis que j’utilise cette manière de faire les « problèmes » n’existent plus !

            Bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.