«

»

Savoir tenir sa langue, compétence utile ?

Langue bien pendueSi la vérité sort de la bouche des enfants, les adultes pensent, eux, qu’elle n’est pas toujours bonne à dire. L’art de ne pas tout dire ou de savoir vraiment se taire serait donc utile ; pour autant, il n’est pas aisé : franchise, besoin irrépressible de parler ou encore secret trop lourd, savoir tenir sa langue tient  parfois du vrai défi.

Tenir sa langue, c’est une expression imagée pour dire : se retenir de parler.  C’est-à-dire différer le moment où l’on parle, ou ne point parler du tout.

Deux types de situations sont concernées :

  • lorsqu’il s’agit de ne pas divulguer un secret, une information confidentielle
  • ou de s’abstenir d’exprimer des paroles déplacées ou de prendre la parole de manière intempestive
L’idée commune à ces situations, c’est qu’une parole ne peut être ravalée.

Une parole une fois lancée ne peut revenir. (Horace)

1. L’homme qui en savait trop

Comment garder un secret trop lourd ou une information confidentielle croustillante ?

Tenir sa langue c’est éviter la gaffe (révélation accidentelle) et aussi résister à la tentation du sous-entendu. Il peut s’agir d’un besoin de se valoriser à travers l’information, d’une envie de partager pour jouir des réactions de l’auditoire ou encore d’autres motivations.

Dans tous les cas la demi-confidence nous fait tomber dans le piège du « trop-dit-et-pas-assez.» Puisqu’il est difficile de s’arrêter au milieu du gué en matière de divulgation, il faudrait alors ne pas commencer du tout. C’est-à-dire au fond, rester muet comme une carpe.

La plus grande protection reste peut-être de ne pas trop en savoir ; aucun risque, alors, de parler ! Dans les séries policières certains protagonistes sont tenus en-dehors de la confidence pour leur sécurité.

La parole est d’argent,  mais le silence est d’or (proverbe)

2. Le bavard

Il y a ceux qui un jour en savent trop, et il y a ceux qui en toutes circonstances, ont le besoin irrépressible de parler. Quand on est bavard ou plus familièrement « langue bien pendue », en quoi est-ce important de parfois tenir sa langue ?

Quelques aspects :

1. En négociation, dans des échanges commerciaux, il est essentiel de savoir écouter et ne pas tout dire. Trop parler c’est risquer de dévoiler ses cartes, quand parfois il est stratégique d’avancer masqué.

« La parole perd parfois ce que le silence a gagné. » (proverbe espagnol)

2. De plus, l’écoute a des avantages indéniables : on n’apprend rien de ce que l’on dit soi-même.

« I never learnt anything while talking. » Larry King

3. Un bavard peut être perçu comme quelqu’un qui s’écoute, ou qui ne sait pas être synthétique, ou encore qui est dispersé ou futile. Et puis, qui vous fera encore confiance et vous mettra dans la confidence quand vous aurez montré votre propension à « lâcher » aussi facilement des informations ?

4. L’excès de franchise, la transparence, ont leurs revers comme nous rendre vulnérable, générer des conflits…

Quelques paroles… pour inciter au silence :

« Mieux vaut perdre un bon mot qu’un ami. »
« Que ta parole soit impeccable. » (1er « accord toltèque »)
« Chez beaucoup d’hommes, la parole précède la pensée. Ils savent seulement ce qu’ils pensent après avoir entendu ce qu’ils disent. » Gustave Le Bon

Pistes de réflexion pour tenir sa langue :

1. Surveiller nos frémissements, piaffements, nos impatiences à parler, à dire quelque chose.
Qu’est-ce qui me meut ? Quelle serait la conséquence si je me taisais ?

2. Ecouter nos émotions quand nous dévoilons de l’information.
Que nous disent-elles ? Quel bénéfice tirons-nous à révéler l’information, et est-ce la bonne manière de combler le besoin correspondant ?

3. Identifier nos réactions types : comment cela se passe pour moi quand je détiens une information confidentielle, quand une vérité a besoin d’être rétablie etc.

Et vous, comment tenez-vous votre langue ?

 

10 comments

Passer au formulaire de commentaire

  1. Bigot

    Bonjour,

    Encore une fois, un article plein de bon sens, d’analyses justes et qui renvoi à des situations que l’on a pu rencontrer.

    Rétroactivement, cela interpelle et donne à réfléchir sur les situations vécues de manière à aborder différemment les prochaines. une aide précieuse !

    Bravo pour votre blog que je suis régulièrement. Ced

  2. Martine Blottin

    Bonjour Karine,

    Oui pour moi « tenir sa langue » est une compétence et une qualité.
    De part mon expérience personnelle, chacun de nous filtre ce que l’autre dit et surtout comment il le dit, et c’est bien là le problème : l’interprétation. En ce qui me concerne, dans ma communication (si j’ai un doute dans ma compréhension) je demande à l’autre de bien vouloir définir ce qu’il est entrain de me dire. De mon côté dans ma communication, ni jugement, respect et bienveillance (la CNV quoi !) . J’ai tellement entendu « les bruits de couloir » dévaster des personnes qui se sentaient attaquées, humiliées, et rentrer dans un conflit sans nom, que je fais attention à ce que je dis et surtout comment je le dis et j’assume à qui je le dis.
    C’est juste mon expérience !
    Merci Karine pour ce thème qui est l’un des conflits majeurs en entreprise (ce n’ai que mon avis).
    Bien amicalement.

  3. Carine

    Bonjour Karine

    je ne fais pas partie des bavards, mais il m’est parfois arrivé de demander à ne pas être tenue informée des détails de certains sujets brulants afin de ne pas divulguer d’informations sous la pression. Je pense particulièrement aux négociations salariales annuelles et aux préparations de possible plan social.

    Plus on monte dans la hiérarchie, plus on est exposés à des informations sensibles, savoir se taire devient alors un élément du jeu de pouvoir, et d’influence, et je dirais que le pouvoir est d’autant plus fort que l’employeur n’a pas fait signer de clause de confidentialité spécifique à un sujet/projet.

    Ceci ne doit pas s’accompagner d’un mutisme vis à vis de ses équipes, il s’agit je pense de discernement entre l’information qui gagne à être diffusée, et celle qui n’y gagne pas.

  4. admin

    Bonjour à tous, merci de vos commentaires et partages d’expérience.

    Tous trois vous pointez l’importance de réfléchir avant d’agir, en matière de diffusion d’information : une approche empreinte de sagesse, et qui ressort souvent comme piste de solution chez les personnes que j’accompagne sur leur communication. En effet elles changent d’approche dès lors qu’elles choisissent de prendre le temps avant d’agir. Peut-être parce que clarifier dans quelle intention on communique, et comment, prend nécessairement un temps.

    Carine tu ouvres là une piste pour un article complémentaire sur « Savoir ne pas entendre » (pour se protéger, pour avoir la paix, ou autres raisons) !

  5. ngakiegni

    Comme on dit souvent la vérité ce dit en blaguant,et c’est dans la blague que j’apprend également les bonnes choses.
    Merci .

  6. Gaoussou

    Bonjour Karine
    Je suis un peu bavard non pas dans le sens de divulguer les secrets. J’aimerais beaucoup arrêter de trop parler aurriez vous des conseils a me donner?
    Respectueusement Daou.

    1. admin

      Bonjour Gaoussou,
      Je n’ai pas de conseils à vous donner mais je vous propose de réfléchir à cette question :
      qu’auriez-vous à perdre à être moins bavard ?
      Respectueusement,
      Karine

  7. DAGBA Ambroise

    Notre langue est la pièce maîtresse de notre évolutions;nous devons sincèrement la contrôler car elle est capable de nous créé e tout les problèmes de ce monde.

  8. Edgar

    Effectivement il y a plus de mal en parlant qu’en se taisant.

  9. bin

    gardé ta bouche fermé c’est évité de problème merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.